Le Terre-Neuve

Icon: designfloatCritères de choix d’un chien de sauvetage

Avant de parler de sauvetage il est bon de faire une mise au point. Il ne faut pas se laisser tenter par l’acquisition d’un chiot Terre-Neuve sur un coup de tête.

Avant de se décider, il faut se poser quelques questions :

Icon: checkPourra-t-on assumer physiquement et psychologiquement l’acquisition de ce chien?
Icon: checkLa famille supportera-t-elle ce nouveau compagnon légèrement envahissant?
Icon: checkPossède-t-on un véhicule avec un coffre d’un volume adapté?
Icon: checkLe coffre du véhicule résistera-t-il aux litres d’eau qui s’écoulent d’un Terre-Neuve mouillé?

 
 
 
 
 
 

Ensuite, il faut bien se renseigner, voir de nombreux élevages et parler à des techniciens afin d’éviter les erreurs. Le manque d’information ou de prise de conscience des risques des futurs propriétaires sont autant de causes de déboires.

Un nombre impressionnant de maîtres de Terre-Neuve sont déçus en comparant la progression ou les résultats de leur chien avec d’autres. Si la disponibilité et les capacités du maître à former son compagnon entrent en jeu pour une grande part, la prédisposition du chien, tant physique que psychique, est prépondérante.

D’autre-part, le Terre-Neuve est un «produit commercial» à part entière. Son achat, relativement onéreux, demande réflexion et analyse.
Malgré la frimousse attendrissante émergeant de la boule de poils noirs du bébé Terre-Neuve, il faut savoir que le plus gros de sa croissance se fait en huit mois générant des besoins nutritionnels et des précautions de tous les instants.

Il n’est pas toujours facile de trouver des Terre-Neuve ayant des qualités morphologiques irréprochables, mais surtout, nous avons de grandes difficultés à les voir débordant d’instinct face à l’élément liquide. En prenant la décision d’acquérir un Terre-Neuve, nous sommes confrontés à de nombreux risques et pièges dans lesquels tombent beaucoup de profanes. Hormis le manque d’instinct ou de puissance de nage qui hypothèque la progression, le plus dangereux et désolant reste la dysplasie de la hanche qui provoque une gêne dans la mobilité du chien et peut, dans les cas extrêmes, entraîner une grande souffrance accompagnée de blocage articulaire. Il est alors nécessaire d’avoir recours à une chirurgie souvent invalidante pour ces grandes race, voire une solution extrême douloureuse pour le maître. Il n’y a rien de plus horrible que de mettre un chien à la retraite forcée à trois ou quatre ans et de le voir souffrir.

Pour former un Terre-Neuve au sauvetage, il faut environ un an a deux ans ; il sera opérationnel de deux ans jusqu’à son huitième anniversaire, ce qui procure de belles années de complicité et une retraite heureuse au sein du foyer avec le nouveau compagnon qui prend la relève.

Pour une utilisation en sauvetage, je préconise des lignées de gabarit moyen, possédant un puissant dynamisme musculaire, une forte ossature avec, pour prévention, un dépistage radiographique systématique des géniteurs en ce qui concerne la dysplasie de la hanche. Si les parents sont porteurs, les chiots ont de grands risques d’être atteints. Cependant, on sait qu’un petit pourcentage de chiens dysplasiques sont issus de parents indemnes en apparence. La dysplasie de la hanche a deux causes principales. Elle peut être d’origine héréditaire ou traumatique. Elle est favorisée ou dissimulée par des facteurs de milieu. Par exemple, le manque d’exercices ou l’excès d’exercices mal appropriés: trop de nage pendant la croissance, pratique d’escaliers, nourriture non adaptée,etc.

Avis aux amateurs !

Haut

Icon: designfloatPourquoi le Terre-Neuve

Le chien règne en maître sur la sécurité et le bonheur des hommes grâce à son instinct et à ses nombreuses qualités. En cas de catastrophe, il apparaît avec son maître et arrache les victimes à une mort certaine dans la recherche des personnes égarées ou ensevelies sous des décombres ou des avalanches. Il assure la sécurité des biens et des personnes en dépistant la drogue, les explosifs ou en dissuadant. Au quotidien, les chiens d’assistance aux handicapés, non voyants et malentendants, embellissent désormais la vie de leur maître.

Paradoxalement, il reste un domaine où le chien a fait ses preuves depuis des décennies sans pour autant avoir le droit de prouver officiellement son dévouement légendaire. Le chien de race Terre-Neuve, chien de sauvetage aquatique par excellence, mériterait la reconnaissance officielle de sauveteur auxiliaire.

Par rapport aux humains et aux autres races de chiens, le Terre-Neuve présente un certain nombre d’avantages dans son utilisation en sauvetage aquatique.

« Il est celui qui possède la beauté sans la vanité, la force sans l’insolence, le courage sans la férocité, toutes les vertus de l’homme sans ses vices. »
Lord Byron

Haut

Icon: designfloatLe Terre-Neuve

Le poids de ce magnifique chien peut dépasser 70 kg. Il est un sauveteur né, doté de l’instinct de sauvetage, capable de nager pendant plusieurs heures et de tracter plusieurs tonnes (environ 8 tonnes). Il a en plus un caractère extraordinairement doux et docile. C’est avec joie qu’il s’adonne à l’apprentissage du travail à l’eau et qu’il est toujours partant pour une baignade.

Le chien Terre-Neuve fait partie du langage des marins depuis fort longtemps. Les récits de ses exploits jalonnent les livres et les magazines.

Disponibilité, dévouement, puissance, tendresse : voilà comment définir le Terre-Neuve, ou plus de 60 kilos de muscles au service de l’homme, sans jamais la moindre agressivité.

En équipe avec un maître expérimenté, le Terre-Neuve se révèle d’une rare polyvalence. D’ailleurs, les équipes cynophiles d’intervention ont apporté la preuve de leur efficacité depuis plus de vingt ans et sont un «plus» aux moyens de secours actuels. A eux deux, ils complètent les moyens conventionnels dans des configurations d’interventions délicates ou inabordables. Par exemple, une falaise avec des vents rabattants : l’hélicoptère est impuissant; des rochers affleurent l’eau : les vedettes ne peuvent s’approcher. Dans de tels contextes, le Terre-Neuve et son maître les suppléent parfaitement.

 

La question ne se pose plus quant aux chiens de recherche en décombres ou d’avalanches qui ont à leur disposition toute la logistique nécessaire. Que peut apporter les équipes cynophiles en sauvetage nautique? Un droit légitime à une reconnaissance de la race comme chien d’utilité et une intégration au sein des équipes de secours organisées.

Ses aptitudes physiques :
Il est doté d’une membrane interdigitée beaucoup plus développée que chez les autres races de chien, ce qui lui permet de disposer d’une plus grande facilité de propulsion dans l’eau. Il est excellent nageur, se propulsant avec ses quatre pattes contrairement à la plupart des autres chiens qui ne nagent qu’avec leurs antérieurs. Sa queue large et puissante lui sert de gouvernail. Il dispose d’un poil huileux, imperméabilisant et d’une couche de graisse relativement épaisse lui servant de « combinaison isothermique ». Son sous-poil laineux emprisonne de l’air ce qui facilite sa flottaison dans l’élément liquide. Enfin, son long poil est bien pratique pour s’y accrocher.

Sa puissance dans l’élément liquide :
Il peut remorquer deux à trois personnes accrochées à son pelage ou des embarcations.

Son endurance :
Sa large cage thoracique lui permet de bien ventiler et ainsi de pouvoir nager et remorquer sur de longues distances.

Sa ténacité :
Il n’abandonnera jamais la mission qu’il a entreprise par affection pour son maître.

Sa disponibilité :
Il est opérationnel immédiatement.

Son caractère :
Extraordinairement sociable, il est docile, tenace et possède un caractère stable et équilibré. Bien que pouvant se montrer parfois un peu cabochard, il est d’une grande maniabilité et est capable de conserver un calme à toute épreuve lors d’une intervention.

Haut

Icon: designfloatComment utiliser le Terre-Neuve

Le Terre-neuve seul :

  • Assistance à des victimes lucides ou épuisées.
  • Remorquage de bateaux, de matériel.
  • Passage de filin en cas d’inondations ou de catastrophes.
  • Apport de bateau en zone peu profonde ou rochers à fleur d’eau.

Le Terre-Neuve agit ainsi en tant que sauveteur à part entière.

Le maître et son Terre-Neuve :

  • Rapport de victimes se débattant : l’homme maîtrise la victime et se fait aider en remorquage par son chien.
  • Remorquage de bateau avec des victimes à bord en direction du large, pour se dégager de la zone dangereuse; le Terre-Neuve assure le remorquage pendant que le maître s’occupe des victimes.
  • Assistance à dériveurs dessalés ou présentant des avaries.
  • Recherche sur zone : le Terre-Neuve remorque le zodiac en suivant les bulles des plongeurs.

Le Terre-Neuve intervient en tant qu’auxiliaire.

Secteurs d’activité

Le Terre-Neuve peut intervenir seul ou avec son maître en équipe d’intervention. Cette équipe peut intervenir en renfort à d’autres sauveteurs en mer, rivières, lacs, inondations ou catastrophes. Le Terre-Neuve intervient en toute liberté, sans artifice, ni harnais, ni collier. Il tient dans sa mâchoire les objets, cordages, mains des victimes… et trouve sa place là où les moyens conventionnels modernes sont inopérants.

Le Terre-Neuve a également une vocation de surveillant:

  • mer, lacs, rivières, en tant qu’assistant aux maîtres nageurs sauveteurs
  • régates, triathlons, jeux nautiques, mise en place ponctuelle pour une surveillance de courte durée, assistance essentielle aux personnes
Haut

Icon: designfloatLes constats

Le chien règne en maître sur la sécurité et le bonheur des hommes dans de nombreuses situations grâce à son instinct et à ses nombreuses qualités. Ce qui amena d’ailleurs Victor Hugo à assurer que :
« Le chien, c’est la vertu qui, n’ayant pu se faire homme, s’est fait bête » !

En cas de catastrophe, il apparaît avec son maître et arrache les victimes à une mort certaine dans la recherche des personnes égarées ou ensevelies sous des décombres ou des avalanches. Il assure la sécurité des biens et des personnes en dépistant la drogue, les explosifs, ou en dissuadant. Au quotidien, les chiens d’assistance pour handicapés, non voyants et malentendants, désormais embellissent la vie de leur maître en aplanissant les obstacles.

Paradoxalement, il reste un domaine où le chien a fait ses preuves depuis des décennies sans pour autant avoir le droit de prouver officiellement son dévouement légendaire.

Le chien de Terre-Neuve, chien de sauvetage aquatique par excellence, mériterait la reconnaissance officielle de sauveteur auxiliaire.

Le chien de Terre-Neuve fait partie du langage des marins depuis fort longtemps. Les récits de ses exploits jalonnent les livres et les magazines.

Disponibilité, dévouement, puissance, tendresse: voilà comment définir le chien de Terre-Neuve, ou 60 kg de muscles au service de l’homme sans la moindre agressivité.

A l’échelon international, les autorités italiennes, convaincues de l’apport intéressant des équipes cynotechniques aquatiques dans la chaîne des secours, se sont officiellement attachées les services de ce maillon par la création d’un brevet national, permettant ainsi son intégration au sein des équipes chargées des secours et de la sauvegarde de la vie humaine en milieu aquatique.

En France, les démarches et les actions effectuées par les Maîtres-Chiens Sauveteurs Aquatiques Secouristes commencent à porter leurs fruits, le Ministre de l’Intérieur, Monsieur CHEVENEMENT ayant déclaré, lors des débats parlementaires tenus à l’Assemblée Nationale le 15 mars 1999 :
« Les équipes cynotechniques pouvant s’avérer utiles pour la surveillance des activités aquatiques, le ministre de l’intérieur souhaite qu’elles soient intégrées dans le système de secours français… » J.O du 03/05/99 n°18 ANQ.

Haut

 

Icon: designfloatChien sauveteur aquatique


Objectifs de l’éducation

Actuellement ce rôle de sauveteur aquatique est le monopole du Terre-Neuve!

Ses missions seront le remorquage de victimes prises de panique, l’assistance aux victimes lucides ou épuisées. En mer on attendra de lui, le remorquage de véliplanchistes en difficulté, l’accès à des sites où les embarcations ne peuvent se rendre. Enfin, en eaux intérieures comme en mer, on attendra de lui le remorquage d’embarcation ou la récupération de matériel…
Les missions qui lui sont confiées sont à la taille de son gabarit !

Processus de formation

1ère phase :
Travail à terre. Après l’assimilation de l’obéissance de base, et tout en continuant à travailler cette dernière, on introduit progressivement les situations qui devront être mémorisées par le chien. Le jeu va constituer l’élément clé de cette formation et surtout du climat de complicité avec le maître.

2ème phase :
Travail à l’eau. La prise de contact avec l’élément liquide se fait aux environs de 4 mois. Une fois familiarisé avec l’eau, on lui apprend le rapport d’objets, la prise d’un bout et à nager de plus en plus longtemps. Il lui faudra maîtriser la technique du plongeon depuis une embarcation, et une fois dans l’eau obéir à son maître et évoluer sans le gêner, mais au contraire à l’assister.

3ème phase :
Le sauvetage. Le secours aux personnes en difficulté commencera, comme pour les pisteurs, par le sauvetage du maître puis sera étendu aux inconnus. Il devra savoir, selon le cas, prêter sa robe épaisse comme point d’accrochage au nageur épuisé ou le prendre par le poignet, mais dans tous les cas de figure le ramener à la rive, sain et sauf.

Lors des interventions il exécute aussi bien les ordres vocaux que ceux donnés par geste.

Le binôme homme/chien

La relation homme-chien et chien-homme à une importance capitale. La confiance de l’un en l’autre est garante de l’efficacité du binôme. En effet, pour pouvoir non seulement porter assistance mais également se protéger réciproquement, chacun doit savoir lire l’autre et ce malgré le fait d’évoluer dans un milieu pas forcément accueillant, le maître devra apporter son obole puisqu’aux différents degrés de certification, il y a non seulement des épreuves pour le chien mais aussi des épreuves de secourisme.

Qu’est ce qu’un bon chien de sauvetage aquatique ?

Un bon chien est un chien qui a un bon maître. Un Terre-Neuve qui a pour maître un homme qui n’est pas à l’aise dans l’eau ne sera que très rarement un bon chien de sauvetage aquatique (J-M Lazarus, président de la fédération des TN).

Bilan d’activité

Il existe à ce jour un Brevet Maître-chien Sauveteur Aquatique. Une soixantaine d’équipes sont brevetées, et affectées à la surveillance d’un site. Epsy est le premier chien de sauvetage aquatique reconnu d’utilité dans cette catégorie. Gary est le seul chien sapeur-pompier en sauvetage aquatique, un second, en fin de formation à Narbonne viendra le rejoindre au début de l’été.

Haut

Icon: designfloatContextes

En mer

Départ sur appel ou au vu d’accident, en poste saisonnier ou permanent, sous tutelle de l’organisme de secours officiel. Sécurité des endroits rocheux difficilement accessibles, sur des zones avec de nombreuses avancées longues à contourner en bateau, intervention de pointe en attente de moyens lourds.
Une restriction : les plages comportant de gros rouleaux. Toutes interventions possibles.

En rivière

Départ sur appel en renfort à des organismes en place comme les Sapeurs Pompiers. Rapidement sur les lieux grâce à un véhicule automobile, intervention immédiate et ponctuelle, malgré les branchages ou obstacles divers.
Une restriction : l’assistance à proximité de l’amont d’un déversoir d’écluse si le Terre-Neuve intervient seul. Toutes interventions possibles.

En lac ou plan d’eau

Départ sur appel d’un témoin ou au vu d’accident. Permanence sur une zone touristique, surveillance depuis un lieu public, club de voile, restaurant, etc.
Une restriction : l’assistance à proximité de l’amont d’un barrage hydro-électrique Si le Terre-Neuve intervient seul. Toutes interventions possibles.

Lors d’une inondation

Départ sur réquisition en renfort aux équipes de secours. Interventions essentielles : récupération de matériel, apport de bateau d’évacuation de victimes ou de transport de nourriture, passage de filin de soutien.
Toutes interventions possibles dès que le courant le permet.

Lors d’une catastrophe

Départ sur réquisition en renfort aux équipes de secours en place. Interventions essentielles: assistance à de nombreuses victimes, récupération de matériel à la dérive, apport de bateau d’évacuation de personnes ou d’apport de nourriture, passage de filin.
Toutes interventions en couple possibles.

Lors d’une surveillence d’animation nautique

Régates, triathlons, jeux nautiques, mise en place ponctuelle pour une surveillance de courte durée, départ au vu d’un incident, assistance essentielle aux personnes.

Haut

Icon: designfloatProfession sauveteur

Quand l’instinct domine

Je suis un terre-neuve
J’ai deux amours mon maître et l’eau
On s’entraîne tous les deux
Dans l’eau je vais chercher
Là je suis vraiment heureux
Mon but est de l’aider
J’existe pour aider les hommes
Personne n’y peut rien
Sauveteur aquatique on me nomme

A la maison après l’effort
J’ai droit à des calins
Comme j’ai grand coeur
Je pense à ceux qui non rien
Je m’amuse en voyant mon maître mettre une combinaison
Moi je suis toujours partant avec ma longue toison
Ensemble nous partons

A risque partagés mer ou inondations pour une vie sauvée
Le couteau sur son bras s’est mon assurance vie
Le filin coupera si mes pattes s’y sont prises
Quand nous rentrons dans les embruns
Si devant il me laisse il fait confiance à mon instinct
Nous sommes unis par la tendresse
Une mission réussie dans la complicité
Toujours nous réunis dans une belle amitié
J’ai deux amours mon maître et l’eau
Je suis un Terre-Neuve.

Haut